5 mois

12.18.2018

Ne me regarde pas comme ça… Je sais bien que c’est décevant, que chaque muscle de ton corps brûle de l’envie de courir, de parcourir à perdre haleine, les landes roussies de l’Arrée.
Je sais bien que la loyauté te tient captive auprès de moi, que tu trépignes d’impatience, que si tu pouvais me porter… Mais nous irons bientôt, ma belle.
Et rien ne pourra l’empêcher.
5 mois.

2

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

©Aurélie Prouff - Les Filles de la Pluie | Theme: elizabeth by IPkabuto.