« L’important, c’est que tu sois heureuse »

12.22.2018

Ah ça… Merci, oui, je suis d’accord.

Bien, sûr, cela fonctionne aussi au masculin. L’important, c’est d’être heureux. Mais il y a tellement de façons de l’être. Je crois qu’il s’agit d’abord d’une histoire de choix: décider de se lancer dans quelque chose, parce que l’on pense que c’est ce qu’il nous faut, que c’est ce qui est bon pour nous.

Le malaise, ne résiderait-il pas finalement dans le doute lui-même? Dans la crainte incessante d’avoir pris la mauvaise option? Alors le premier pas vers le bonheur serait de choisir, de cesser de tergiverser, puis de tout faire pour que ce choix soit le bon.

Si vous saviez le temps que je passe à me poser des questions… J’aimerais tellement, parfois, que les choses soient plus simples. Presque binaires: bon, pas bon. Mais rien ne se passe jamais comme ça, n’est-ce pas? Et quel ennui, finalement…

Et me revoilà partie dans mes interrogations. Je me sens toujours plus créative lorsque le doute me tenaille. Le bonheur absolu serait-il alors la fin de la créativité?…

Vous avez deux heures…

8

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

©Aurélie Prouff - Les Filles de la Pluie | Theme: elizabeth by IPkabuto.